samedi 24 février 2018

On est chez nous

Chaque année, le président de la république en fonction doit aller au comice agricole pour se faire huer, siffler, jeter des œufs. Bref c'est l'exercice d'humiliation imposée par je ne sais quelle tradition et qui semble bien contenter la société car elle fait causer dans les chaumières, donner à ironiser aux esprits chagrins, fait tourner l'éditorialiste sur les plateaux télé et refait bander l'opposition.

L'élu ainsi martyrisé devra continuer son chemin de croix dans les travées puant la merde de bétail, l'anus de volaille et le jus de cochon et subir les quolibets et les insultes. Passer par le rituel de l'explication virile entre quat-zieux avec l'abruti du jour et finir en avalant, sous les yeux menaçants des producteurs, toute la boustifaille et le pinard qu'ils lui proposent.

Cette année on a eu droit au même cirque avec en sus cette phrase slogan du groupuscule Génération Identitaire "on est chez nous" maintes fois entendue naguère dans les meetings de ce qu'on appelait le Front National. Le gugusse en question est venu au devant du président pour lui cracher au visage le malaise paysan vu et corrigé par une fédération de ploucs célébres qui réclame l'usage de pesticides, les subsides européens, le massacre de loups, moins de normes, pas d'importations,  plus d'exportations (faut être débile !) , moins de charges, la baisse du prix du gasoil et une sosie de Marion Maréchal pour chaque paysan célibataire ou un Kendji pour les pébronnes esseulées.

Le monde agricole est en crise et lorsqu'on voit qui est à sa tête, on comprend vite pourquoi. 

J'espère qu'un président ou une présidente viendra un jour briser cette fatalité pitoyable. Quelqu'un qui aura le cran de nous épargner ce spectacle affligeant de voir le leader d'une puissance mondiale aller volontairement se faire insulter et houspiller par des abrutis manipulés par la FNSEA.

samedi 17 février 2018

Fait divers

Comme quoi il faut lire ces rubriques dans les journaux : "une sexagénaire a été retrouvée morte chez elle, bouffée par ses 6 chiens."

Le plus intéressant était le commentaire de ce lecteur éclairé dont je me demande si c'est pas un de ces deux blogueurs de ma connaissance

gibet1
"Voilà encore quelque chose qui va mettre en colère Caroline de Hass. Il faudrait aussi apprendre aux chiens à manger leur maître et pas seulement leur maîtresse."

Le pire serait d'apprendre que la moitié des clébards mâles, selon les calculs de Sainte Caroline, aurait violé la pauvre femme avant de la manger, et l'autre moitié se serait (accessoirement) frotté à elle. 

lundi 18 décembre 2017

Elle est rousse !

Le défilé annuel de dindes de noël a encore eu lieu cette année malgré une déferlante médiatique contre les violences faites aux femmes et autres porcasseries que les nanas sont obligées d'endurer toute l'année par des sales types juste parce qu'ils sont chefs, maris ou que sais-je encore. 

Ces images me sont de plus en plus insupportables et je rassure les mauvais esprits tout de suite : je bande encore tout à fait convenablement. Ce genre de spectacle pitoyable continue à ériger un modèle limite infamant, pour le moins assez peu élégant de  femme objet, dont l'unique finalité est de plaire au mâle dominant pour constituer le réceptacle séculaire à son foutre béni par les religions du livre.

Après avoir confié la rituelle petite pièce pleine d'espoir de déculpabilisation à l'Abbé Pierre de son choix, la France a élu la fumelle de l'année comme au salon agricole, elle peut donc se remplir de boustifaille et déchiqueter ses paquets cadeaux avec la cruauté de l'enfant gâté.

vendredi 24 novembre 2017

Convergence des luttes

Mamie Valoche ne sait plus quoi faire pour faire parler d'elle. 

Débarrassée cette fois-ci du complexe Julie Gayet qui je le rappelle, l'avait immédiatement reléguée dans la catégorie du troisième âge, elle reprend aujourd'hui automatiquement de la fraîcheur eu égard à l'âge de la nouvelle capitaine.

A l'époque elle répondait à sa répudiation par un mauvais bouquin dans lequel elle avait livré à la ménagère de plus de cinquante ans française ses états d'âmes de concubine abandonnée alors qu'elle avait tant rêvé de devenir princesse  à force d'écrire dans Paris Match. 

Elle a rejoint alors les cohortes des autres pleureuses, frondeurs et autres "déçus"de Hollande dans un mouvement auto-destructif de la gauche, brillamment achevé par l'allumé hurluberlu : Benoît Hamon. Aujourd'hui, elle poursuit son combat contre le libéralisme sauvage et les lois "iniques" du président des "riches", et en emboîtant le pas aux "peine-à-jouir" de la gauche "pure" qui entretiennent (avec beaucoup de difficultés) du bruit de fond permanent en montant en épingle des pseudo polémiques à deux balles.

Mamie Valoche se déguise en Kardachiotte au rabais et distille des messages politiques qui font doucement rire par leur indigence, à l'image des Charlots qui croient faire de l'opposition à gauche de la gauche. 

Ah Valoche... cette belle insoumise !
 

samedi 18 novembre 2017

A l'examen : Filoche est con

La gauche s'empêtre, la gauche se dépatouille, la gauche s'enfonce et passe son temps à s'excuser de chier dans tous les coins. 

Ainsi il en va de certains blogueurs en coulisse ou qui perdent la raison, assez pathétiques pour continuer à défendre, à excuser et justifier au lieu de militer dignement pour voir une vraie opposition politique prendre place.

J'ai voté Macron aux deux tours et je ne l'ai jamais caché. je ne vais pas commencer à dire "... et j'ai eu bien raison" pour éviter de faire comme les andouilles qui font le bilan au bout de trois mois seulement en le qualifiant de catastrophique. 

Je vais seulement pouvoir dire : "... et j'ai eu bien raison de ne pas soutenir la gauche qu'on me proposait".

J'arrête de parler des insoumis, leurs loyers modérés, leur chroniques terriennes, leur soutien à l'islamisme et l'antisémitisme, et les ennuis à venir de leur chef qui tente déjà de déminer en parlant de "canon à merde" à propos des journalistes.

Je veux parler de la gauche socialiste, dont l'heureux candidat et ses 14 frondeurs ont lamentablement coulé le parti puis ont disparu des radars pour ressurgir dans les égouts de twitter à l'exemple de Gérard Filoche et ce message qui restera dans les annales même s'il a pris soin de le supprimer puis de le justifier de façon aussi lamentable et pauvre.

Alors résumons : soit Filoche prend les gens pour des neuneus - à la limite ses followers je ne dis pas - mais oser orienter sa connerie vers "la cabale en meute" comme il fait et c'est typiquement de la stratégie de détournement digne des meilleurs argumentaires facho. Soit il croit vraiment que twitter est un monde féérique dans lequel ses supporters sont réels et qu'ils croit dur qu'il fait ainsi de l'opposition politique.

dimanche 29 octobre 2017

Simonnet s'allonge, je mens

Certains esprits chagrins y verront une nouvelle obsession, mais je tiens à m'inscrire en faux contre toute allégations tendant à faire croire que je fais de l'anti-france-insoumise primaire. Mon précédent billet traite de féminisme, et de manière fort judicieuse d'ailleurs.

Mais que voulez-vous, on ne change pas. Il a suffi que j'aille jeter un coup d’œil sur un blog de gôgôche dont je tairai le nom -blog que je n'avais pas visité depuis plusieurs mois, voire un an ou deux- pour me taper une crise de rire. Plié en deux je vous dis !

Il était question de Danielle Simonnet, conseillère à la mairie de Paris, je crois, et porte-flingue de Mélenchon. Elle a même présenté un spectacle comique au théâtre.... oui oui, un vrai ! Vous savez tous qu'elle est aux prises avec une polémique concernant l'appartement de l'office parisien (?) qu'elle occupe pour un loyer modéré.

Bon je passe sur cette effroyable manie chez certains de gauche à vouloir faire du bien à leur porte-monnaie en allant se mixer socialement avec les noirs, les arabes et les chinois dans les quartiers prolo parisiens juste pour pouvoir se loger à petit prix malgré des émoluments tout à fait honorables : Danielle et consort toucheraient dans les huit mille boules mensuels, à vue de nez. 

Ce qui m'a fait me marrer le plus c'est le blogueur en question qui cite l'argument de Tatie Danielle : "je ne veux pas me loger dans le privé et participer à la spéculation immobilière" et ne trouve rien à y redire. Plus fort encore, il détourne le sujet et parle de "Crapulerie du président Androïde" à propos de la baisse des 5 euros d'APL en mélangeant bêtement les deux sujets.

Je rappelle que la crapulerie véritable consiste à tirer profit de sa situation pour s'arroger le droit d'occuper un appartement à loyer réduit et priver ainsi ceux qui en ont le plus besoin en leur expliquant que c'est pour leur bien puisqu'ils combattent ainsi la spéculation immobilière.

Après venez pas me dire que je fais du Mélenchon Bashing !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...