dimanche 17 septembre 2017

Désolé, j'ai "Réunion"

Le leader autoproclamé de la gauche française a donné un dernier coup de pied de l'âne à ses amis communistes en affichant son mépris pour ses anciens camarades et soutiens en désertant les allées de la fête de l'huma.

Il a ostensiblement embarqué pour l'île de la Réunion pour marquer sa désunion avec les cocos, pourtant largement responsables de son ascension politique.

Il a, sans grand péril, laissé la place au petit Benoît toujours à la recherche d'une maman sous laquelle il peut finir sa croissance politique. 

C'était un petit aperçu mais hautement significatif de la mentalité de l'homme : autoritaire et borné, incapable d'affronter ses contradicteurs et ne peut supporter qu'on ne soit pas d'accord avec ses idées. Tout juste bon à l'invective et l'opposition, Méluche est incapable de réunir autour de lui ce qui reste de la gauche, comment peut-il un instant croire qu'il pourrait fédérer le reste des français ?

Qui peut le croire ? 

lundi 11 septembre 2017

Je n'irai plus à Saint-Barth

J'ai plus de cinquante ans et je suis incapable de m'acheter une rolex. Je sais... je suis même pas foutu d'être proprio ni même en mesure de garder mon boulot non plus. 

Mais...

Je crois que je n'irai jamais à Saint-Barth.

Surtout qu'à présent ça ne ressemble à plus rien. Même Johnny n'en a eu plus rien à branler. 

C'est dingue ces îles ! Saint Martin, Saint Barth', Saint Zob. Des noms qui font bander le petit mafieux à gourmette et le gagnant de loterie et dont personne n'entend parler, à part les lecteurs de Voici et de people. 

Ils ont beau jeu de gueuler que personne ne fait rien pour eux, que Macron, tout Jupiter qu'il est, ne soit même pas arrivé à bloquer l'ouragan Irma. Mais que fait le gouvernement, bordel ! Envoyons leur Mélenchon, Le Pen et Ciotti !

Ils veulent quoi, les Saint Martiniens ? Les Saint Barthois (loin) hein?

Ils veulent que dès demain, leurs baraques de luxe, leurs hôtels à la zob soient remis sur pied par l'armée. Que leurs palmiers soient replantés illico presto et que leurs touristes amerloques avec leurs clébards de luxe soient là le week-end prochain. Les ouragans c'est bon pour Haïti et ses loqueteux, par pour la jet-set. Ils veulent tout, tout de suite. Que la population qui leur sert de domestiques de palaces et de gardiens de yachts soit fusillée pour avoir pillé quelques magasins et volé trois télés à écran plat. 

Ils devraient commencer par payer des impôts ces fainéants avant de réclamer la sécurité sociale.

Je n'irai jamais à Saint-Barth.

dimanche 10 septembre 2017

Qui se sent fainéant se mouche

Normalement, ceux qui connaissent ma grande-tante savent qu'elle aurait dit "qui se sent morveux se mouche. L'adjectif utilisé par Macron ne l'a pas été par hasard et il visait bien la caste politique économique et intellectuelle qui se contente de se payer de mots et passer à la caisse à la fin du mois. 

Seulement, les imbéciles regardent le doigt, ou font semblant de ne pas bien comprendre que cette déclaration était pour eux. Ils sautent sur l'occasion pour reprendre ce qui leur était destiné pour le renvoyer contre leur sympathisants, leurs militants. 

Ainsi donc Mélenchon, après avoir longtemps réclamé des vacances à peine entré à l'assemblée, et dans sa hâte de simuler sa belle colère en carton, remplace étrangement le mot "extrêmes" par celui d'"abrutis" à la série de mots que Macron a prononcés en Grèce. Abrutis, voilà donc ce que pense secrètement de ses insoumis le fainéant ultime, nourri au sein généreux de la politique subventionnée, devenu gourou après avoir ronflé pendant des années au sénat. 

Les socialistes ont également osé la facilité intellectuelle mais comme je les comprends. Une défaite comique suivie de l'incapacité à faire leur bilan après avoir méticuleusement brisé toute tentative de changement initié par Hollande, réduit à l'inauguration des chrysanthèmes. La fabrique de rois fainéants a intérêt à ce que rien ne bouge. 

Les patrons de syndicats, en particulier Martinez, ont dévié le boulet vers les "travailleurs". Comme je le comprends aussi : ces travailleurs qui ne votent même plus pour la CGT et qui majoritairement soutiennent les réformes, il faut bien tenter une dernière fois de les récupérer car il y a le feu à la maison et les prochaines lois sur la formation professionnelle risque de les laisser à poil, en attendant une remise à plat du financement des syndicats. 

Je comprends que tous s'accrochent à la moindre aspérité et scrutent la moindre parole pour la passer au crible de leur intérêts. Oui les régimes spéciaux devront être revus, les financements réétudiés... car après les politiques, les français ne comprennent toujours pas pourquoi syndicats, journalistes, corporations diverses jouissant de situations de rente ne seraient pas au même régime qu'eux.

Ceux qui rétorquent avec les "milliards" distribués aux "patrons" devraient penser aux milliards dépensés par l'état pour engraisser cette caste qui ne promet même pas de créer ou de sauvegarder des emplois.

A part les leurs, soi dit.

mardi 29 août 2017

Ruffin l'esprit simple

Nous avions bien compris que la candidature de Ruffin l'avait été par simple opportunité et son élection un effroyable effraction. Nous avions bien vu que sa présence à l'assemblée relevait de la comédie pitoyable, et que son action politique sera un long sketch de clown triste et bafouilleur.

Mais le simple ressent le besoin d'affirmer avec force ce que les autres ont compris depuis longtemps. Il annonce qu'il fera de l'opposition à Macron sur des "trucs à la con". Dans cet article, il précise l'endroit où il croit pouvoir enfoncer le président : "son épouse, le maquillage, les vaccins... etc." 

Car en réalité, et il l'avoue lui-même, être député c'est dur et s'opposer sur des lois est bien trop technique et compliqué pour lui. Apparemment personne ne lui a expliqué en quoi cela consistait.  
 
Voilà le le vrai visage de l'opposition insoumise. Le salaire et les avantages de leurs députés, payées par les Françaises, Français serviront à semer le trouble, le fake news, les pinailleries politiques et l'enculage de mouche. 

On se doutait bien que c'était un mouvement "à la con".

dimanche 27 août 2017

Déferlons !

Mélenchon, de retour sur les estrades semble avoir déjà oublié sa double débâcle électorale pourtant à peine tiède.

L'homme nourri aux idéologies anciennes et totalitaristes, avait déjà réfuté les résultats sortis  des urnes qu'impose notre démocratie, seule alternative admissible sous nos latitudes et à notre époque. Il continue à se dresser dans ses meetings, fier et écumant dans une campagne électorale permanente qu'il voudrait imposer à la politique française. Hystériser le débat pour que rien ne bouge en attendant son avènement. Oublié son fauteuil de député, cette place qu'il devrait pourtant honorer en y mêlant sa belle voix de stentor à une démocratie qu'il devrait ériger en modèle au lieu de déblatérer dans la rue devant un auditoire au choix, hypnotisé ou amusé. 

A moins qu'à l'instar de son modèle Maduro, il ne reconnaisse pas la légitimité de l'assemblée nationale, car rappelons le, son projet de "constituante" toujours en cours dans le programme des insoumis (de pain) a été mis en place au Venezuela avec les conséquences que l'on déplore : une nouvelle assemblée aux ordres du président qui a retiré toute prérogatives à l'assemblée démocratiquement élue. Je ne parle ni des morts ni des menaces réelles dirigées contre quiconque oserait s'opposer.

Il semblerait que la démocratie, les élections, le sens d'une opposition constructive et qui propose autre chose que la colère stérile et l'affrontement ne soient pas le genre de la maison chez les insoumis. On parle, on débat, on se congratule, on se déchaîne... mais c'est finalement le chef qui décide.

Amis de la démocratie, réveillez-vous et faites cesser ce déferlement de bêtise.

samedi 26 août 2017

Mon beauf et l'Europe

Emmanuel Macron était le seul candidat à la présidentielle a avoir assumé sans ambiguïté son positionnement pro européen et il se trouve qu'il a été élu.

Cette élément devrait en faire réfléchir plus d'un. Je parle de ces beaux esprits pressés par un compréhensible impératif d'opposition qui leur permettra de continuer à exister malgré leur pitoyable échec.  Dans leur précipitation à vouloir occuper les premières places face au président, ils finissent par piétiner toute raison en écrasant le peu de discernement que leur esprit revanchard leur a laissé.

Ainsi ils n'hésitent pas à valoriser davantage la réponse de la première ministre polonaise à la volonté de la France à vouloir mettre de l'ordre dans le fatras européen, dirigeante dont je rappelle le cv : ultraconservatrice et appartenant au clan Kaczynski, joyeuse présidence qui met les médias de son pays au garde à vous, comme à la grande époque communiste, qui ne recule devant aucune parole malencontreuse sur les camps nazis et  légifère allègrement contre les droits à l'avortement etc... un vrai paradis populiste qui a brillamment réussi l'accouplement entre l'extrême gauche et extrême droite.

Macron a su garder son cap européen et voudrait le prouver en allant dans les anciens pays du bloc de l'est dénoncer les dérives et l'effarante propension de certains d'entre-eux à tordre les lois européennes qu'ils ont pourtant signées en contrepartie d'une adhésion synonyme d'entrée dans un espace de prospérité partagée et de gros subsides distribuées. La Pologne contrevient à ses engagements et à l'esprit européen et personne dans la classe politique française, surtout à gauche, ne vient apporter un soutien sincère à la démarche du président. Pourtant le sujet des travailleurs détachés et du dumping social est "de gauche".

Il est risible de voir les anciens candidats à la présidentielle, tous paralysés devant la question européenne et tétanisés par Marine le Pen, ne voulant pas effrayer la soi-dite susceptibilité de l’électeur de base, du populo en somme, revenir tous sur la scène médiatique en critiquant le gouvernement, le budget maquillage, la loi travail et donner raison au zinzins polonais avec ce silence complice sur la question du travailleur détaché.

Laisser l'Europe se faire pourrir par ceux qui veulent sa mort pour mieux la critiquer est tout de même un fond de commerce plus intéressant pour cette gogoche vaporisée et ce Mélenchon encore esbaudi devant son petit triomphe d'avoir formé un groupe parlementaire et si émerveillé de pouvoir se payer un siège à deux briques à Marseille. 

Je rappelle juste à cette volaille sans tête que l'esprit anti-européen porté par la candidate du FN n'avait pas suffi et ne l'a nullement empêchée de se faire exploser en vol par celui qui est président aujourd'hui. 

Il faut remettre les choses à leur place.

mercredi 23 août 2017

Les vacances de M. Mélenchon

Visiblement tout le monde est de retour sur scène. Chacun retrouve son siège face aux journalistes, débats et échanges autour de ce qui fait l'actualité mais il manque étrangement les représentants des Insoumis.

Aucun sous fifre du parti n'est venu dérouler son mantra habituel, éructer ses menaces contre les ordonnances et promettre l'avènement de l'homme nouveau. Faut croire que tant que le leader maximo est toujours en vacances, personne n'a le droit de remuer un doigt. La révolution attendra. L'usine à faire le buzz est à l'arrêt. Pas même un communiqué "visible" condamnant les divers attentats de soi-disant "troublés psychiatriques", silence radio partout.

Même les salariés de GM et S sont de retour devant les portes de leur usine vide. J'entendais dire : maintenant que nous sommes rentrés de vacances, nous reprenons le combat. 

Tout va bien.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...